Les prêts immobiliers à l’Île Maurice

achat sur plan vefa ile maurice achat dans ancien ile maurice

L’île Maurice dispose de plusieurs plateformes d’emprunt pour financer un projet d’achat immobilier. Un prêt immobilier peut être accordé à des mauriciens et à des étrangers par une banque, une société de prêt hypothécaire ou une institution financière. Ce prêt peut financer l’achat d’un bien immobilier, la rénovation d’une maison déjà construite ou une construction. La plupart des banques proposent des prêts en roupies mauriciennes aux Mauriciens et aux résidents dont les salaires sont en roupies mauriciennes.

Les conditions d’éligibilité

Les établissements bancaires procèdent tout d’abord à l’analyse du dossier de l’emprunteur. Ils sont concernés par la capacité de remboursement de l’emprunteur, de ce fait il doit fournir une fiche de paie, des relevés de comptes bancaires et une fiche d’imposition en plus des autres documents. Ils vérifieront également les antécédents de crédit de l’emprunteur. À l’Île Maurice, le remboursement maximal ne doit pas dépasser 40 % de la rémunération mensuelle de l’emprunteur si son salaire est inférieur à 200 000 roupies par mois. La plupart des institutions financières demandent une garantie sur le bien immobilier. Un étranger ne dispose que de 15 ans maximum pour régler la totalité de ses dettes. D’autre part, les établissements de crédit n’octroient plus de prêts bancaires aux plus de soixante-cinq ans.

Un prêt immobilier pour les étrangers à l’Île Maurice

Un étranger peut se souscrire à un prêt immobilier à l’île Maurice. Les banques adaptent leur prêt à la monnaie nationale de l’emprunteur. Si le salaire de l’emprunteur est en euro, le taux de remboursement qui est généralement à 7 % sera calculé en fonction de l’Euribor. L’Euridor est l’un des principaux taux de référence du marché monétaire pour la zone euro. Généralement, les banques financent jusqu’à 70 % du bien immobilier excluant les frais de notaire et les frais d’inscription. Un étranger a plus de chance d’avoir une réponse positive auprès des banques car ils sont plus susceptibles de prendre leurs unités IRS ou RES comme garanties, d’autant plus que ces unités sont vendues en vertu de la VEFA (Vente en état futur d’achèvement), fournissant aux banques une garantie bancaire en fin d’achèvement.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

treize − 10 =